HORIZON EUROPE – Programme de financement pour l’innovation

Le conseil de l’Union Européenne a adopté le 15 mars en première lecture sa position sur la proposition de règlement Horizon Europe, programme dédié à la recherche et l’innovation.

Le programme entend contribuer à l’objectif d’un investissement global (public et privé réunis) d’au moins 3% du produit intérieur brut de l’Union dans la recherche et le développement.

Il est mis en œuvre au moyen d’un programme spécifique – qui nous intéresse ici – et d’une contribution financière à l’Institut européen d’innovation et de technologie. Cela représente un budget de 86,123 milliards d’euros sur la période 2021-2027.

Répartition de l’enveloppe

Le premier programme spécifique se divise lui-même en plusieurs parties.

Un pilier I « science d’excellence », doté de 23,546 milliards, visant notamment l’attraction de nouveaux talents en matière de R&I et de chercheurs en début de carrière et d’éviter la « fuite des cerveaux ».
Un pilier II « problématiques mondiales et compétitivité industrielle européenne » doté de 47,428 milliards d’euros, ainsi répartis :

  • 6,893 milliards pour le pôle « Santé »
  • 1,386 milliard pour le pôle « Culture créativité et société inclusive »
  • 1,303 milliard pour le pôle « Sécurité civile »
  • 13,462 milliards pour le pôle « Numérique, industrie et espace »
  • 13,463 milliards pour le pôle « Climat, énergie et mobilité »
  • 8,752 milliards pour le pôle « Alimentation, bioéconomie, ressources naturelles, agriculture et environnement »

Ces six pôles sont « interconnectés au moyen d’infrastructures de recherche paneuropéennes, qui, séparément et ensemble, favorisent une coopération interdisciplinaire, intersectorielle, transpolitique, transfrontière et internationale ».

Un pilier III « Europe innovante », doté de 11,937 milliards, encourageant « toutes les formes d’innovation, y compris l’innovation non technologique, essentiellement au sein des PME.

Finalement, une partie « élargir la participation et renforcer l’espace européen de la recherche (EER) », dotée de 3,212 milliards, et qui comprend notamment un volet « Élargir la participation et propager l’excellence » – visant entre autres l’amélioration des compétences de gestion en matière de R&I, le renforcement des « écosystèmes d’innovation », la création de réseaux, etc.

Impact du Covid-19

En réponse à la pandémie et à ses dommages, 5 milliards d’euros supplémentaires seront alloués aux actions de R&I. La priorité sera donnée aux PME ainsi qu’aux projets collaboratifs relevant du pilier II, avec la répartition indicative suivante : 25% pour le pôle « santé », 25% pour le pôle « numérique », 25% pour le pôle « climat » et 25% pour le CEI.

Article source – Banque des territoires